TOP

Benjamin Benmoyal, créateur « upcycling-tech »

Né en France de parents juifs marocain et égyptien, Benjamin Benmoyal a grandi en Israël avant de passer six ans en Angleterre à étudier la mode à la Central Saint Martins School. C’est durant ses études qu’il remportera le LVMH Grand Prix Scholarship avant de travailler dans les maisons Alexander McQueen et Hermès.
Il fonde sa marque éponyme en 2020.

Fort de ces origines, c’est dans ses créations de mode upcyclées et inspirées de la culture marocaine, « incroyable et fascinante », que le créateur travaille sur la recherche de son identité. En ressort des créations intimes, aux volumes berbères et aux rayures colorées vibrantes.

Son artisanat se base sur le tissage d’anciennes bandes de VHS et de cassettes audio. En effet, il a collecté des milliers de kilomètres de bandes magnétiques grâce à l’aide d’associations de recyclage ainsi qu’en collectant les stocks d’usines fermées dans les années 2000. Parmi elles, des VHS Disney de son enfance. Car ancien commando parachutiste, Benjamin Benmoyal désire recouvrer sa “naïveté perdue » durant son service militaire,
il recycle ainsi ces matériaux en tissu, en fabriquant lui-même ses prototypes avant de les envoyer aux usines.
Le tout exclusivement en France.

Dans sa collection Printemps-été 2022, le créateur a créé de grands chapeaux ronds et épais fabriqués de fleurs séchées, inspirés des « schtreimels », chapeaux de fourrure traditionnels portés par les hommes juifs hassidiques. Car si en effet, Israël a annoncé bannir le commerce de la fourrure, les schtreimels sont l’exception à la loi. Et c’est cette ironie qui a insufflé l’idée à Benjamin Benmoyal, artisan engagé… et définitivement inspiré.