TOP

Comment enlever les freins à la détox dressing ?

Nous savons que la mode détient le triste palmarès d’être l’industrie la plus polluante après le pétrole et les transports. Les conséquences sont désastreuses sur l’environnement et les hommes. 

Nos modes de vie contemporains nous ont transformé. Globalement, nous voulons tout, tout de suite et nous succombons d’un simple clic aux propositions remplies de promesses en nous faisant rêver. La promesse : “si tu me possèdes, tu seras comme cela”. Le taux d’encombrement de nos placards en est le reflet ! 

Le savais-tu ? Nous ne portons que 30% de notre dressing. Tout en ayant, paradoxalement, la sensation de ne rien avoir à nous mettre. 

Conclusion, nous devons nous interroger sur nos rapports aux possessions, nous libérer pour nous retrouver et incarner nos valeurs.

Par définition, la détox dressing, c’est le tri conscient pour se libérer soi, pour libérer son style. C’est une façon de se reconnecter à ses vêtements et de se révéler.

Connaître et comprendre les freins à une detox dressing, permet de les lever.

Je n’ai pas le temps !

L’œil de Léa, la styliste : Il faut prendre cette idée différemment. S’offrir 3h de son temps pour effectuer une séance de stylisme à domicile est un investissement à faire pour gagner du temps, au quotidien, par la suite. Un dressing « édité » et équilibré permet également de faire des économies, et d’alléger sa charge mentale tous les matins. Se perdre dans son dressing surchargé, chercher ses affaires sans même les trouver, elle est là, la vraie perte de temps.

L’œil de Peggy, la coach en rangement C’est toujours le premier argument donné. C’est en lien direct avec LE sujet : l’organisation. Ses principes : évaluation des besoins et du niveau d’accumulation, selon l’objectif à atteindre. Elle intègre aussi l’énergie et la disponibilité de la personne concernée. Une organisation en forme de partition pour tenir le rythme !

Je ne sais pas comment faire !

L’œil de la styliste L’idée est de prendre ce moment-là comme un jeu, tout du moins un moment pour soi : avec le bon mindset et la bonne méthodologie, on peut se constituer une garde-robe 100% fonctionnelle, qui nous correspond, mais surtout durable. L’accompagnement de la styliste devient intéressant quand on est prêt à investir pour soi. La détox dressing est le début d’une séance de stylisme, afin de faire un état des lieux et d’identifier son style et ses besoins. 

Une fois que votre vestiaire idéal, chargé de pépites qui vous ressemblent, est constitué, il convient d’optimiser son rangement.

L’oeil de la coach en rangement : Le rangement est important et ne se résume pas à une technique de pliage. Il doit surtout mettre en valeur ce que vous avez gardé pour vous donner envie de le porter. Les rangements doivent être envisagés comme dans vos boutiques préférées ou les dressing de vos stars préférées. Cette approche intégrera vos envies de style d’implantation et vos habitudes de vie. L’objectif est de vous faciliter l’usage et de prendre soin de vos vêtements. 

Chez RangerCfacile, nous avons à cœur de remplir cette mission : vous conseiller et vous accompagner de la préparation à la finalisation du projet avec méthode, comme évoqué précédemment par Léa.

J’ai peur du gaspillage !

L’œil de la styliste Le vrai gaspillage s’inscrit dans le fait de garder une pièce dormante dans le dressing, qui n’est plus portée depuis longtemps. Il faut la remettre sur le marché !

L’idée est justement d’avoir un dressing vertueux et stylé, rempli de trésors, qui seront portés, et non pas gaspillés. Pour allonger la durée de vie de son vêtement, pensons à vendre, troquer, donner, ou recycler. Il faut également prendre le réflexe de considérer la réparabilité et  l’upcycling (la revalorisation). Valoriser ce qu’on possède déjà, c’est l’inverse du gaspillage !

L’œil de la coach en rangement : Désencombrer ne signifie pas jeter, mais offrir une seconde vie à ses vêtements, afin d’éviter le superflus. De nombreuses solutions existent (vendre, donner, ou recycler) comme l’a si bien dit Léa. Loin des considérations financières, l’unique intérêt de décider de conserver une pièce de votre dressing réside dans le fait de son utilisation réelle ou du plaisir qu’il vous procure.

Je vais perdre en choix de vêtements !

L’œil de la styliste Optimiser son dressing en se reconnectant avec ses vêtements permet au contraire de faire preuve de créativité et d’être astucieuse. En effet, il y a du plaisir dans le fait de se créer une tenue composée entièrement de pièces que nous aimons, dans lesquelles nous nous sentons bien, et alignées.

Les alternatives créatives sont nombreuses : on peut partir à la recherche d’une marque responsable, ou bien chiner une pépite unique en seconde main. On peut également réfléchir à une manière de reporter ce pull qui nous a fait craquer mais qui pourtant dort dans le dressing. On peut également faire appel à une couturière pour transformer un vêtement. On devient notre propre styliste !

L’oeil de la coach en rangement : L’acte de désencombrer ne rime pas avec dénuement, absence de style, de choix et de plaisir comme évoqué par l’œil avisé de la styliste. Cela signifie simplement que vous allez sélectionner soigneusement des pièces qui méritent de rester chez vous. Des pièces qui vous vont vraiment. Que vous saurez assembler pour garder une allure, quelles que soient les circonstances. Vous aurez l’essentiel, sans le superflu !

La peur de choisir 

L’œil de la styliste Choisir permet de prendre sa place. On décide de porter uniquement des pièces qui nous procurent de la joie, qui sont mode, et qui nous mettent en valeur. On en ressort avec un dressing qui nous inspire tous les matins, composé de vêtements qui reflètent notre lifestyle et notre personnalité. Et vous remarquerez qu’une fois que votre espace est clair et qu’il a du sens, la question du choix ne se pose plus.

L’œil de la coach en rangement : Vous connaissez cet adage : choisir, c’est renoncer. Dans certains cas, la prise de décision est parfois difficile et fait souvent référence à notre histoire. Vous gardez « en souvenir de… » ou « au cas où… ».

Ce réflexe est alimenté par la peur de faire les mauvais choix et de se retrouver démuni. Le psychanalyste Serge Tisseron explique : « les objets que nous élisons pour faire partie de nos vies deviennent des morceaux de notre moi et sont imprégnés de mémoire ». Ils sont donc des marqueurs émotionnels forts de notre histoire. 

Ainsi, l’idée de séparation peut être ressentie comme une source d’angoisse, un geste de grande agressivité. Vous vous souvenez avec nostalgie de la fois où vous avez porté ce vêtement ou cet accessoire. Vous avez le sentiment de jeter votre souvenir aux oubliettes en vous séparant de cette pièce. 

 

Ce phénomène a d’ailleurs fait l’objet d’une étude scientifique (Journal of Marketing 2017). En voici le résumé : l’étude démontre qu’il suffirait de prendre une photo de l’objet. Ce simple geste vous facilitera l’acte de séparation.

Ainsi, en utilisant la méthode des photos, la directrice de recherches espère : « qu’on pourra non seulement faciliter le fait de se débarrasser d’objets devenus encombrants, mais aussi stimuler le processus de dons, ce qui bénéficiera aux associations caritatives et au public auquel elles viennent en aide.

Alors, on commence quand ?

Article co-signé par :
Léa, styliste à domicile & co-fondatrice du magazine de mode Comment Je M’habille
Peggy, coach en rangement et en organisation & fondatrice de RangerCfacile