TOP

Introduction à la seconde main

Ou comment quitter progressivement la fast fashion en restant fashion

Acheter de la seconde main est l’un des meilleurs moyens pour atteindre cet objectif.
On voudrait trop souvent associer le neuf à du propre, à de l’inédit, à une acquisition plaisir « Je me suis offert une petite jupe toute neuve ». Pourtant si on prend le temps de réfléchir autrement, le plaisir shopping de la seconde main apporte son lot de positif. Et si tu devenais moins consommateur et plus consommacteur ?

Voici les premières étapes de réflexion pour introduire doucement la seconde main dans ta vie :

Tu fais un acte significatif pour l’environnement

En achetant seconde main, tu limites les déchets textiles en réutilisant un vêtement. Les Européens consomment près de 26 kg de textiles par an et en jettent environ 11 kg. Les vêtements usagés peuvent être exportés en dehors de l’Union Européenne, mais la plupart (87 %) sont incinérés ou mis en décharge.

De plus, en arrêtant d’acheter du neuf, tu limites une demande de production de masse. 10% des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont causées par la production de vêtements et chaussures et c’est environ 80 milliards de m³ d’eau qui ont été consommés par l’industrie du textile et de l’habillement sur l’année 2015. Ainsi tu préserveras toutes ces ressources naturelles, et indirectement tu limites le réchauffement climatique. Faire ses achats en seconde main peut réduire l’émission de CO2 de 200 kg par personne et par an.

Tu luttes contre la surconsommation

Produire à moindre coût, rapidement et en quantité massive, à l’autre bout du monde… C’est le starter pack de la fast fashion. Les enseignes de ce secteur ne sont généralement ni écologiques, ni éthiques. Ce n’est plus un secret, plusieurs témoignages et dossiers révèlent aujourd’hui des sous-conditions de vie du côté des travailleurs (très souvent mineurs), sous-payés dans des usines délabrées. En achetant du neuf dans ces enseignes, tu achètes aussi leurs pratiques. « Acheter, c’est voter » comme dirait Aline Gubri, consultante experte en Développement Durable.

Réassort toutes les semaines de nouveautés, publicités, soldes et culture du « drop-shipping »… tous les moyens sont bons pour faire acheter plus avec des techniques « de l’instant » qui nous créent des besoins que l’on a pas.

Et si on sortait de cette boucle anxiogène en réévaluant nos besoins ? A notre échelle, acheter de la seconde main, c’est militant !

Tu chouchoutes ton porte-monnaie

Détoxe ton dressing en réévaluant tes besoins, tu seras plus amenée à porter des pièces qui te font réellement plaisir et dans lesquelles tu te sens bien. Débarrasse-toi des « au cas où » en faisant des dons ou en les revendant en ligne, en dépôt-vente ou en brocante : gain de place, gain d’argent, gain de bonheur.

On arrêtera alors d’attaquer le porte-monnaie en diminuant progressivement -dans le but de stopper définitivement- les achats compulsifs de surconsommation. N’achetons plus juste parce que c’est devant nous, prenons plaisir à dénicher LA pièce coup de cœur, de qualité…et durable. Si elle dure dans le temps, pas besoin de la remplacer et donc de dépenser.

Prenons plaisir à renouveler la garde-robe grâce à la seconde main, aux friperies vintage et solidaires (Guerisol, Kiloshop, Emmaüs) et aux  dépôts-ventes.

Tu es tendance

Chiner LA pièce que personne d’autre ne portera sur le dos, c’est aussi exprimer ta singularité. C’est mode !

Le beau est dans le rétro. Le vintage n’a jamais été aussi tendance qu’aujourd’hui, en portant du mix & match vintage/moderne, tu mets un pied en plein dans la green fashion !

Deviens ta propre créatrice ! Chine une pièce de seconde main, et pratique l’upcycling” en retouchant le vêtement, tu lui donneras une seconde vie (coupe, rajoute un patch ou retire un bouton) so couture !

Cette tendance à vouloir chercher la pièce unique de qualité est une confirmation de cette volonté de retourner vers les “valeurs sûres”. S’essayer au vintage, c’est enclencher un acte sociétal. Être engagé, ça sera toujours à la mode !